L’EPA: pas un « cours de rien »