Djihad, l’hydre à deux têtes