Du décrochage scolaire au « champ de bataille »